Pourquoi sauter l’île colombienne de San Andres et aller à Providencia à la place

Last updated on January 23rd, 2021 at 08:11 pm

Cher lecteur:

Je m’appelle Frank et j’ai une agence de voyage basée à Bogotá, en Colombie. Amusez-vous bien à lire!

Compte-rendu de San Andrés et Providencia, Colombie

Après avoir terminé mon premier semestre à l’Université Los Andes à Bogota, j’ai décidé, en décembre 2015, que je voulais mieux connaître le pays et j’avais déjà prévu des vacances en Colombie sur certains sites touristiques. Pour ce faire, je disposais d’un peu de temps, car ici les vacances de fin d’année commencent fin novembre et vont environ jusqu’à la mi-janvier.

Après un semestre d’espagnol extrêmement exigeant (je suis arrivé en Colombie avec une connaissance très rudimentaire de la langue), je voulais d’abord trouver une plage et des distractions, pratiquer des sports aquatiques et, ensuite, faire une virée dans le pays. Dans ces conditions, tous mes amis colombiens m’ont recommandé de visiter San Andres, dans les caraïbes colombiennes. Les éloges de San Andres sont dithyrambiques, et chaque compliment est une surenchère. La situation géographique de l’île est fort intéressante car elle se trouve à hauteur du Nicaragua, c’est-à-dire à quelque 700 km de la côte colombienne.

Pour mes premiers jours dans la capitale, j’ai réservé un Airbnb pour me faire tout d’abord une idée générale de l’île et pouvoir l’explorer dans son intégralité. Hélas, la capitale de San Andres est l’exemple typique d’un développement structurel avec une carence de planification. Même les boutiques « duty free » situées dans les rues sont un paradis pour le tourisme pauvre de masse. On m’a dit que la culture autochtone a été quasiment supplantée, par la faute d’une forte immigration dans l’île de personnes venues du continent.

Les quelques plages publiques sont constamment envahies par la foule. Malgré cela, la mer est assez spectaculaire, et ce n’est pas en vain qu’elle est louée pour sa belle couleur qui offre sept tonalités différentes de bleu. Tristement, ce site présente aussi quelques problèmes: les motos aquatiques font du bruit sur l’eau, et les bateaux pleins de touristes les déchargent directement sur les récifs. Inutile que je vous précise les conséquences que cela entraîne.

Heureusement, le sud de l’île n’est pas construit sur le même modèle, et on peut l’explorer avec une petite voiture de golf de location. L’île ne compte pas beaucoup de plages: à l’exception de quelques-unes qui appartiennent à certains hôtels, il n’y en a pas d’autres. Deux jours plus tard, je prends la décision de poursuivre mon voyage et d’évaluer mes options. Mes vacances en Colombie devraient finalement inclure quelque chose de spectaculaire. Je pars donc pour l’île voisine de Providencia à laquelle on accède en 3-5 heures de San Andres. Le jour-même, j’achète un billet pour le lendemain et je réserve aussi mon hébergement avec petit déjeuner.

Le lendemain matin, je me soumets aux contrôles habituels de sécurité portuaire. En plus, les passagers reçoivent des comprimés contre le mal de mer, et on nous recommande de les prendre immédiatement. Le transporteur, un catamaran, est assez grand et paraît sûr. Toutefois, en sortant de la zone protégée de l’île et en entrant, une demi-heure plus tard, en haute mer, nous sentons la force de la houle. Des sacs en plastique sont distribués parmi les passagers et commence un véritable « festival de vomissements ». Je calcule qu’environ 70% des passagers ont vomi au moins une fois en l’espace de quatre heures de voyage.

A mon arrivée à Providencia, je suis heureux de fouler de nouveau la terre ferme. Après le contrôle de sécurité obligatoire et la fouille des valises, je prends un taxi jusqu’à mon hôtel. Mon amphitryonne me salue chaleureusement. C’est une ancienne institutrice du primaire et elle en profite pour me parler un peu de la culture locale. Elle me dit qu’on parle créole sur l’île, bien que la langue officielle soit l’espagnol. Elle me raconte aussi que depuis des décennies existe une réglementation générale de la construction qui permet de tenir en respect l’immigration et le développement touristique. Et, à dire vrai, par rapport à San Andrés, la plupart des habitants de Providencia ont la peau mate et sont très grands. À ma grande surprise, beaucoup d’hommes jeunes mesurent en moyenne 1.90 m de hauteur.

L’île est un paradis ! Les premiers jours, je les passe seulement sur la plage, mangeant du poisson frais et me sentant Robinson Crusoe. Le temps semble s’arrêter; tout dans l’île me détend. L’activité la plus populaire parmi les touristes semble être la plongée, raison pour laquelle de nouveaux centres offrent ce service. On m’a dit aussi que le monde sous-marin est grandiose et qu’on peut y observer plusieurs espèces de grands requins. Vu que je préfère me maintenir au fil de l’eau, et non en-dessous, je décide de ne pas faire de plongée.

Après une semaine complète de détente au paradis, je poursuis mon circuit en Colombie.

Ma conclusion: je reviendrai, mais la prochaine fois en avion et en compagnie d’une belle femme.

Si vous souhaitez voyager à Providencia d’une manière plus luxueuse et sur mesure, en tant qu’entreprise de voyage à Bogota en Colombie, nous sommes spécialisés dans ce type de voyage.

Cher lecteur

Avez-vous aimé notre contenu? Nous vous invitons à le partager et à diffuser le message que la Colombie est l’un des plus beaux pays du monde.

Leave a Reply

Related Posts

On our Blog you will find information about our past experiences as well as useful tips for planning your trip to Colombia.